A propos 2017-10-06T12:10:51+00:00

Présentation de MOSIM

Historique

Créée en 1997, la conférence MOSIM est un lieu d’échange entre chercheurs, enseignants et industriels actifs dans le domaine de la modélisation, de l’optimisation et de la simulation des systèmes.

2016, Montréal : L’innovation technologique au service des systèmes : défis et opportunités
2014, Nancy : De l’économie linéaire à l’économie circulaire
2012, Bordeaux : Performance, interopérabilité et la sécurité pour le développement
2010, Hammamet : l’évaluation et l’optimisation des systèmes et services innovants de production
2008, Paris : Communication, Coopération et Coordination
2006, Rabat : Modélisation, Optimisation et Simulation des Systèmes : Challenges et Opportunités

2004, Nantes : Modélisation et simulation pour l’analyse et l’optimisation des systèmes industriels et logistiques
2003, Toulouse : Organisation et Conduite d’Activités dans l’Industrie et les Services
2001, Troyes : Conception, analyse et gestion des systèmes industriels
1999, Annecy : Modélisation et simulation des flux matériels et informationnels
1997, Rouen : Modélisation et simulation des systèmes de fabrication et logistique

MOSIM 2018 : l’essor des systèmes connectés dans l’industrie et les services

Nous commençons tout juste à réaliser l’ampleur des changements que vont entraîner les technologies connectées. Leur perfectionnement (miniaturisation, capacités de perception, de communication, de décision, stockage de données, autonomie énergétique, coût, etc.) ainsi que leur diffusion vont continuer à progresser jusqu’à imprégner toutes les facettes de l’activité humaine.

L’industrie et les services sont évidemment concernés : usine du futur, maintenance des systèmes, santé connectée, etc. Nous pouvons déjà y observer les premiers impacts de cette révolution :

  • Les progrès des technologies connectées accélèrent la convergence produits/services, qui s’accompagne d’un glissement de la valeur ajoutée vers ces derniers et les acteurs de ce secteur.
  • L’accès quasi-instantané aux données favorise une intégration tout au long du cycle de vie, du concepteur à l’utilisateur.
  • Les processus opérationnels eux-mêmes voient arriver toutes sortes de dispositifs connectés permettant la localisation, la reconnaissance, la dématérialisation, etc.

Au-delà de l’apport au fonctionnement traditionnel, ces technologies entraînent des ruptures dans les paradigmes de décision de l’industrie et des services. D’une part, par les capacités décisionnelles accrues et distribuées des systèmes qui partagent dorénavant les décisions avec les humains. D’autre part, par le développement des communications entre le produit et son environnement tout au long du cycle de vie, gommant ainsi les frontières entre ces désormais parties d’un même système connecté. Ces changements sont à l’origine de l’explosion des quantités de données accessibles et contribuent à l’évolution majeure des systèmes d’aide à la décision.

Les outils ont eux-mêmes bénéficié de l’évolution du numérique, allant vers une symbiose entre l’humain, le système réel et son double numérique. Ainsi la réalité virtuelle permet d’immerger l’humain (concepteur, utilisateur…) au sein du système virtuel et la réalité augmentée propose une insertion d’artefacts dans un environnement réel, pour des applications couvrant l’ensemble du cycle de vie. Ces innovations entraînent notamment un enrichissement des usages de la simulation et requièrent des modèles capables d’intégrer tant l’humain que les capacités de communication et de décision des systèmes. Par ailleurs, les outils de traitement des grandes masses de données viennent enrichir les moyens de traitement actuels et donnent la possibilité de concevoir de nouvelles démarches d’aide à la décision.

Dans ce contexte, chercheurs et industriels font face à des défis de taille :

MOSIM 2018 réunira à Toulouse des chercheurs en génie industriel, recherche opérationnelle, ingénierie des systèmes, informatique et réseaux de communication, systèmes embarqués, intelligence artificielle, ergonomie, sciences cognitives, en collaboration avec des acteurs de l’industrie et des services. Il s’agit de proposer un espace d’échange de connaissances, de partage d’expériences, de réflexion prospective et de débat sur l’évolution créée par l’essor des technologies connectées dans l’industrie et les services.

Cadre de la conférence

La conférence aura lieu sur le site de l’ISAE-SUPAERO à Toulouse, au sein du campus scientifique de Rangueil qui regroupe l’université Toulouse 3, des écoles d’ingénieurs, de nombreux laboratoires de recherche ainsi que le Centre National d’Etudes Spatiales.

Fondée en 1909 sous le nom d’École Supérieure d’Aéronautique et de Constructions Mécaniques, l’ISAE-SUPAERO est la première école d’ingénieurs en aéronautique au monde. Un siècle plus tard, elle reste une référence et peut s’enorgueillir d’avoir formé de nombreux ingénieurs et chercheurs qui ont écrit les pages de l’histoire de l’aéronautique et de l’espace, depuis les pionniers (Henri Potez, Marcel Dassault, Henri Coanda…), jusqu’aux plus récents (Sylvestre Maurice, Thomas Pesquet).

Une visite virtuelle du site de l’ISAE-SUPAERO est accessible à l’adresse suivante : http://visitevirtuelle.isae.fr/

Le campus est accessible en métro et bus depuis le centre-ville, ce qui permet de bénéficier de l’offre hôtelière et de l’agrément du centre de Toulouse. Il est également possible d’accéder au campus en vélo en profitant de la piste cyclable le long du canal du midi.

Avec 110000 étudiants pour une agglomération de plus d’un million d’habitants, Toulouse est la troisième ville universitaire de France. Fondée en 1229, l’Université de Toulouse fédère aujourd’hui vingt-neuf établissements (trois universités, vingt écoles et six organismes de recherche) qui délivrent chaque année 8000 diplômes de deuxième et troisième cycle.

Toulouse est bien connue pour être la capitale européenne de l’aéronautique et de l’espace avec la présence des grands acteurs du secteur comme Airbus, Thales Alenia Space, Thales Avionics, ATR, CNES, Continental, SAFRAN, Rockwell Collins, etc.

Toulouse est également très dynamique dans le secteur du numérique. Elle a été récemment retenue dans cinq réseaux thématiques nationaux (frenchtechtoulouse.com):

  • #HealthTech : e- santé, médecine, biotechnologie, silver economy
  • #IoT #Manufacturing : internet des objets, objets connectés, impression 3D, drones…
  • #EdTech #Entertainment : éducation, formation, divertissement…
  • #CleanTech #Mobility : environnement, développement durable, énergie…
  • #Retail : commerce, distribution, e-commerce…

Ces activités sont complétées sur la région toulousaine par des pôles forts en électronique, santé-biotechnologies-pharmacie et agro-alimentaire.